Afleveringen

  • REDIFFUSION

    Qu’est-ce qui se cache derrière ce drôle de nom ? Le syndrome du nez vide n’est pas très évocateur de ce que ressentent les personnes qui en souffrent. Par nez vide, il faudrait plutôt comprendre nez plein : ce syndrome donne l’impression d’avoir le nez bouché en permanence, et ce même en l’absence de rhume. Il survient souvent après une opération, la turbinectomie, dont l’objectif est justement d’éviter les obstructions respiratoires.
    Comment se manifeste le syndrome du nez vide ? Quelles sont les conséquences sur la vie des personnes atteintes, et comment résoudre ce problème gênant au quotidien ?
    Les causes susceptibles d’entrainer un SNV
    Il faut d’abord savoir que le syndrome du nez vide est iatrogène, c’est-à-dire qu’il survient à la suite d’un acte réalisé par un médecin, le plus souvent de façon chirurgicale. Les causes du SNV concernent donc toutes les chirurgies réalisées au niveau du nez qui peuvent endommager les tissus internes producteurs de mucus, appelés les cornets. L’opération initiale peut avoir pour but d’améliorer la respiration d’un patient atteint de sinusite chronique ou de rhinites à répétition. Elle peut aussi concerner une chirurgie plastique, une cautérisation ou encore une turbinoplastie totale, qui consiste en l’ablation des cornets du nez.
    Or, les cornets sont des structures très importantes pour le nez, qui aident à réchauffer, filtrer et humidifier l’air lors de l’inspiration. Si l’ablation de ces structures a été trop poussée ou qu’elles ont été abimées lors d’un acte chirurgical, elles ne peuvent plus remplir leurs fonctions.
    Les conséquences d’un SNV sur la qualité de vie des patients
    Sécheresse nasale permanente, sensation d‘obstruction des narines, douleurs à la tête et au front, sinusites chroniques, écoulements, croûtes à l’intérieur du nez, difficultés à respirer la nuit, essoufflement chronique, impossibilité à faire du sport : les conséquences du syndrome du nez vide sont graves et nombreuses. Elles induisent parfois la perte de l’odorat et du goût, ou des infections et inflammations à répétition.
    Forcément, la qualité de vie des personnes touchées s’en ressent. Certaines doivent cesser la pratique d’activités qui leur plaisaient, d’autres perdent l’appétit, l’envie de sortir, le plaisir de bien dormir. Il existe un vrai risque psychologique de développer une dépression, des troubles anxieux et du stress chronique.
    Comment éviter le SNV ?
    Face à l’importance des symptômes du SNV, la Haute autorité de santé a publié en 2022 une recommandation de bonnes pratiques pour limiter les risques de développer un syndrome du nez vide après une opération du nez. Elle recommande entre autres de toujours privilégier les gestes chirurgicaux les moins invasifs et de positionner la turbinectomie en dernière intention. Dans ce cas, il est essentiel de préserver le maximum de surface des cornets possible. Le patient doit aussi être bien informé des risques de l’opération...
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • REDIFFUSION

    Interviewé en 2014 par l’Express Styles, le chef cuisinier Joël Robuchon, titulaire de 32 étoiles au guide Michelin, affirmait : « La santé par l’alimentation, c’est l’enjeu des années à venir. » Et pourtant, d’après l’Inserm, moins de la moitié des adultes et seulement un cinquième des enfants respectaient la recommandation de consommer 5 fruits et légumes par jour en 2017.
    Parmi les aliments qui posent le plus problème, le sucre revient régulièrement sur la sellette. Critiqué pour son caractère addictif ou cariogène, il est également responsable du vieillissement plus rapide des cellules. Ce phénomène s’explique par deux aspects : la baisse de la sensibilité à l’insuline et la fixation des résidus de sucre sur le collagène de la peau.
    La glycation, responsable du vieillissement précoce cutané
    Les sucres consommés via l’alimentation sont digérés dans l’estomac puis dans les intestins par l’action de différentes enzymes. Selon le type de glucides ingérés, la décomposition des aliments entraine l’apparition de molécules de glucose et de fructose. Le sucre blanc, dit saccharose, est ainsi composé de ces deux monosaccharides. Le problème, c’est que le glucose et le fructose s’associent aux protéines ou aux lipides dans une réaction chimique, la glycation. Celle-ci induit la production d’AGE, des substances connues sous le nom français de produits finaux de glycation.
    La glycation existe à l’état naturel dans l’organisme. Mais quand le sucre est consommé en excès, elle libère trop d’AGE pour que le corps parvienne à les transformer ou à les éliminer. Ces produits issus du sucre vont alors se fixer sur certaines cellules, en particulier sur les cellules cutanées du collagène et de l’élastine. La structure globale de la peau va être altérée par la présence de ces AGE, qui vont diminuer la souplesse et l’élasticité apportées par le collagène et l’élastine. 
    Les produits finaux de glycation se retrouvent directement dans les aliments qui ont été caramélisés ou grillés. Plus l’alimentation comporte de sucre et d’aliments ayant subi la réaction de Maillard, qui donne cette couleur brune et cette saveur typique, plus il y aura d’AGE dans l’organisme, et plus la peau vieillira rapidement.
    La glycation touche aussi l’insuline et l’hémoglobine
    Dans le cadre d’une alimentation riche en sucre, la glycation s’attaque à l’hormone insulinique, qui permet de réguler la glycémie donc le taux de sucre dans le sang, ainsi qu’à l’hémoglobine, la protéine responsable du transport de l’oxygène. L’insuline glyquée par des molécules de glucose devient inefficace dans la gestion de la glycémie. Le risque de développer ou d’aggraver un diabète de type 2 est alors très réel. Si la glycémie est mal contrôlée, le sucre circule en excès dans tout le corps, provoquant la glycation des autres cellules, donc leur vieillissement accéléré.
    D’après les travaux menés pendant les dernières décennies, il est établi que la glycation provoque des lésions des cellules et des tissus, et augmente le vieillissement des vaisseaux sanguins. Elle favorise la dégénérescence des tissus de façon précoce, et ce de façon irréversible lorsqu’un certain stade de glycation est atteint...
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Zijn er afleveringen die ontbreken?

    Klik hier om de feed te vernieuwen.

  • Après une piqûre de moustique ou l’usage d’un produit d’hygiène, lors d’une exposition au froid ou de la consommation de certains aliments : les démangeaisons peuvent se produire à des moments très variés. Comment s’expliquent-elles d’un point de vue biologique ? Ont-elles une utilité pour l’organisme ?
    Le principe physiologique de la démangeaison
    La sensation de prurit se déclenche toujours au niveau de la peau ou des muqueuses. Sur ces surfaces, des récepteurs cutanés détectent des stimuli jugés comme irritants. Ils transmettent l’information au cerveau par la voie nerveuse. Alerté, le système immunitaire libère diverses substances dont l’histamine. Celle-ci se lie à des récepteurs précis des nerfs cutanés, et déclenche la sensation de démangeaison.
    La libération d’histamine provoque d’autres réactions de type inflammatoire comme une rougeur de la peau et un gonflement de la zone affectée. Dans les cas de prurit chronique ou sévère, ce processus est exacerbé ou déréglé. La libération excessive ou inappropriée d’histamine et d’autres médiateurs conduit à des démangeaisons régulières en l’absence de danger apparent.
    Les causes courantes de démangeaisons
    Les déclencheurs les plus fréquents d’un prurit sont les irritations cutanées et les réactions allergiques. Elles peuvent être dues à :
    des piqûres d’insectes comme le moustique, l’abeille, la guêpe ou les puces ;
    des contacts avec des produits chimiques à l’image du latex, allergène bien connu ;
    des plantes spécifiques contenant de l’urushiol telles que le sumac vénéneux ;
    ou encore à l’ingestion d’aliments incluant fruits de mer, arachides, œufs et soja.
    Certaines conditions médicales s’accompagnent de démangeaisons chroniques caractérisées par une inflammation de la peau. C’est le cas de l’eczéma et du psoriasis. L’environnement peut aussi jouer un rôle majeur. Le soleil, le froid extrême, les produits d’hygiène asséchants sont autant de causes possibles de démangeaisons.
    À quoi servent les démangeaisons ?
    L’on pourrait dire que, dans un contexte évolutif, la persistance des démangeaisons a prouvé son intérêt pour la survie. En effet, le prurit signale la présence de parasites ou de substances potentiellement dangereuses à la surface de la peau. En se grattant, l’individu élimine une partie du danger et des infections qui pourraient en découler.
    Cependant, dans certains cas, les démangeaisons aggravent la situation. Par exemple, elles peuvent contribuer à diffuser le venin dans le système sanguin. Si la peau s’ouvre à cause du grattage, des agents pathogènes peuvent infecter la plaie et conduire à une infection plus grave.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Loin de l’image apaisante des retraites spirituelles, la solitude forcée est subie par 1 personne sur 10 en France, d’après une étude menée en 2023. Cette situation n’est pas sans risque, surtout pour les profils déjà affaiblis psychiquement ou socialement.
    Un impact psychologique immédiat
    Plus de stress et plus d’anxiété, c’est ce qui touche les personnes forcées de s’isoler pour des raisons médicales, pratiques ou indépendantes de leur volonté. Se trouvant dans l’incertitude et sans soutien social, ces personnes peuvent connaitre une détresse émotionnelle assez intense. Les sentiments de tristesse susceptibles d’émerger en l’absence de contact sont exacerbés par l’absence de toute interaction de réconfort avec un proche.
    La personne qui se retrouve isolée de façon forcée subit une altération de ses fonctions cognitives. Elle ne pense et ne raisonne plus de la même manière. Elle va par exemple percevoir son environnement négativement, avoir des idées confuses et un fort sentiment d’impuissance par rapport à la situation.
    Sur un terrain d’antécédents psychiatriques, la solitude peut renforcer des débuts de paranoïa ou d’angoisses intenses. Chez d’autres individus, elle conduit au contraire à une dépression marquée avec une perte d’appétit ou de sommeil et un manque général d’envie de faire des activités plaisantes.
    Les conséquences sur le long terme
    Une solitude imposée de courte durée comme lors d’un confinement de quelques jours est rarement dommageable sur le long terme, bien que désagréable et parfois très mal vécue. En revanche, si la situation se répète ou se prolonge, de véritables conséquences se remarquent sur la santé mentale de la personne. Le risque de développer une dépression est fortement accru. Les troubles affectant le sommeil et les angoisses peuvent s’installer de façon prolongée. L’estime de soi est également touchée : la personne se sent inférieure ou manquant de valeur car elle ne reçoit plus les retours indispensables de ses pairs.
    Des effets sur les interactions sociales
    Comme cela a été le cas après les longs confinements du Covid, le retour à la vie sociale est délicat après une période d’isolement forcé. Les personnes concernées éprouvent plus de difficultés à interagir avec des inconnus, et peuvent se sentir déconnectés ou mal à l’aise dans des situations autrefois habituelles. 
    La perte des compétences sociales et de la confiance induit également une réintégration complexe dans la société, notamment dans les secteurs professionnels où tout évolue très vite. Ainsi, après un arrêt maladie de longue durée, une personne pourra avoir du mal à reprendre son poste et à se sentir toujours compétente dans l’application de ses tâches.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Qu’il est désagréable de se sentir nauséeux en voiture ou à bord d’un bateau. Heureusement pour les personnes sensibles au mal de transport, il existe un panel de solutions efficaces parmi lesquelles piocher pour prévenir le malaise.
    Les médicaments anti-nauséeux
    Certains médicaments antihistaminiques s’avèrent très efficaces contre le mal de transport. Ils s’utilisent en prévention ou en guérison lors des trajets. Le dimenhydrinate, par exemple, bloque les signaux envoyés au cerveau qui déclenchent la nausée et les vomissements. La méclizine inhibe quant à elle les récepteurs d’histamine dans le système nerveux central. Les sensations de vertige et de nausée sont alors réduites. Ces traitements fonctionnent grâce à leur action sur le système vestibulaire de l’oreille interne, impliqué dans l’équilibre et le mouvement. Ils se prennent généralement une heure avant le début du voyage. Mais ils s’accompagnent d’effets secondaires importants comme la fatigue ou les troubles de la vision, incompatibles avec la conduite.
    Le gingembre
    Conseillé aux femmes enceintes pour lutter contre les nausées matinales, le gingembre s’avère également utile contre le mal de transport. Il contient des composés tels que le gingérol et le shogaol, lesquels agissent au niveau digestif et cérébral pour contrer le malaise. Concrètement, le gingembre réduit l’activité excessive de l’estomac souvent déclenchée par les voyages agités. Il module également les signaux de nausée envoyés au cerveau. Le gingembre se consomme au choix frais, en capsule, en teinture, en tisane ou sous forme de cristaux. Il est contre-indiqué aux personnes souffrant de calculs biliaires.
    L’acupression
    Sous la forme de bracelets avec une petite boule située sur le poignet, l’acupression soulage certaines personnes atteintes de mal de transport. Elle exerce une pression sur un point d’acupuncture spécifique, nommé Nei-Kuan ou point P6. Les atouts de ce remède sont à la fois sa facilité et son absence d’effet secondaire. Il peut être utilisé par les enfants, les femmes enceintes ou les deuxièmes conducteurs sans aucun risque.
    Les lunettes équilibrantes
    Toutes récentes, les lunettes contre le mal de transport contiennent du liquide bleu en périphérie de la monture. Celui-ci se déplace selon les mouvements du porteur et recrée une ligne d’horizon artificielle. Le cerveau perçoit moins de désaccord sensoriel entre ce qu’il voit et ce qu’il ressent. En synchronisant les informations visuelles et de mouvement, les lunettes atténuent considérablement les symptômes du mal de transport chez certaines personnes. Elles sont sans effet secondaire mais nécessitent d’être portées durant tout le trajet pour bien fonctionner.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Occasionnelles ou régulières, les sueurs nocturnes s’avèrent assez désagréables quand elles perturbent le sommeil. Elles résultent de différentes causes, qui peuvent être évitables ou pathologiques.
    Qu’est-ce qui induit la production de transpiration la nuit ?
    La thermorégulation du corps est le système qui permet de maintenir une température stable. Il protège les organes vitaux de la surchauffe ou du froid. Il fait intervenir différentes hormones comme les œstrogènes et la testostérone, et s’appuie aussi sur l’action du système nerveux. 
    Lorsque l’on dort, le corps effectue des transitions entre plusieurs cycles. La température est à son plus bas pendant le sommeil profond. Durant les cycles de sommeil paradoxal, la régulation n’est pas aussi importante et peut induire des variations marquées de température corporelle en fonction d’autres facteurs.
    Les causes courantes des sueurs nocturnes
    La chaleur de la pièce ou de la literie constitue l’élément le plus courant des sueurs nocturnes. Une chambre fermée et chauffée, ou des couvertures trop épaisses vont favoriser la montée en température du corps. Pour maintenir le sommeil profond, l’organisme devra alors mettre en place la libération de transpiration dans le but de rafraichir le corps.
    La consommation d’aliments gras est également susceptible d’induire des sueurs pendant la nuit. Le système digestif doit fournir plus d’énergie pour métaboliser les lipides, ce qui se traduit par une chaleur corporelle élevée. Les épices et la caféine font aussi partie des aliments qui excitent le système nerveux et peuvent provoquer de la transpiration nocturne.
    En cas de stress, d’anxiété ou de dépression chronique, il est possible de connaitre des épisodes de sueurs pendant le sommeil. Ces derniers découlent parfois des médicaments pris pour atténuer le trouble mental, mais peuvent aussi résulter de l’agitation psychique qui se manifeste physiquement lors des périodes de repos.
    Lors de changements hormonaux comme la grossesse ou la ménopause, il n’est pas rare que la femme subisse des bouffées de chaleur nocturnes à cause d’une thermorégulation moins efficace.
    Comment diagnostiquer des sueurs nocturnes pathologiques ?
    Une transpiration excessive sans cause apparente ou qui affecte considérablement le sommeil doit alerter. Elle peut indiquer une infection virale ou bactérienne, un trouble hormonal, mais aussi un cancer comme une leucémie ou une maladie auto-immune de type lupus. Le médecin se charge alors de répertorier les autres symptômes afin de prescrire les examens complémentaires nécessaires.
    Prévenir les sueurs nocturnes
    Pour éviter de transpirer la nuit, garder votre chambre fraîche, autour de 18°C. Bannissez l’alcool ou les repas lourds le soir, et adaptez votre literie à vos propres sensations. Si la cause des sueurs est psychique, vous pouvez tenter la relaxation ou la sophrologie avant de dormir.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Avis aux courageux : prendre une douche froide le matin est source de nombreux bienfaits pour la santé. Cette pratique adoptée par de nombreux chefs d’entreprises ou influenceurs agit aussi bien sur le physique que sur le mental.
    La circulation sanguine s’améliore
    En réaction au contact de l’eau froide, les vaisseaux sanguins superficiels se contractent. Cette vasoconstriction aide à préserver la chaleur de l’organisme. Elle limite le flux sanguin en surface de la peau pour le rediriger vers les organes vitaux comme les poumons ou le cœur. La vasoconstriction a pour effet de stimuler le cœur qui pompe plus efficacement dans le but de réguler la température corporelle. L’amélioration de la circulation sanguine entraine une meilleure distribution de l’oxygène dans les organes et les muscles, tout en favorisant l’élimination des déchets métaboliques.
    L’immunité se renforce
    Le choc thermique que produit la douche froide active le système immunitaire. Celui-ci produit alors des globules blancs en masse, comme les lymphocytes ou les neutrophiles. Ces cellules prépondérantes dans la lutte contre les infections aident l’organisme à mieux se défendre en cas d’atteinte par des pathogènes.
    L’énergie et la vigilance atteignent des seuils élevés
    Vous avez besoin d’un coup de fouet pour commencer votre journée ? La douche froid procure une décharge soudaine d’adrénaline, une hausse de la fréquence cardiaque et de la fréquence respiratoire. Les personnes qui pratiquent ce rituel se sentent plus vives, avec l’esprit plus clair et acéré après la douche.
    L’effet du froid sur le stress
    Les douches froides sont connues pour leur effet d’adaptation au stress. En d’autres termes, procurer ce petit stress quotidien au corps et au mental permet de mieux appréhender les situations angoissantes du futur. L’effet se ressent sur la résistance mentale générale et aide à gérer plus efficacement les difficultés qui se présentent dans la journée.
    Le froid aide à perdre de la graisse
    Comme le froid active la graisse brune, spécialisée dans la production de chaleur, il contribue à augmenter la dépense énergétique. Couplée à une alimentation adaptée, la douche froide peut aider à brûler davantage de calories. Elle contribue aussi à améliorer l’humeur en stimulant la production d’endorphines. Cette caractéristique est intéressante pour conserver le moral durant une période de régime ou de restriction alimentaire.
    La récupération musculaire est boostée
    Les sportifs connaissent les bienfaits de la douche froide sur la récupération musculaire. En limitant l’inflammation post-entrainement, cette pratique réduit l’apparition de courbatures et aide le corps à se débarrasser des toxines libérées par le sport.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Pour écouter La folle épopée:

    Apple Podcasts:
    https://podcasts.apple.com/fr/podcast/la-folle-%C3%A9pop%C3%A9e/id1727649957

    Spotify:
    https://open.spotify.com/show/74el11FIusukqlTkEMPstj

    Deezer:
    https://deezer.com/show/1000659242
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Le processus permettant au corps de réguler sa chaleur interne s’appelle la thermorégulation. Par le biais de différents systèmes biologiques, l’organisme peut produire de la chaleur pour contrer les effets de l’environnement, mais aussi pour optimiser son combat contre les microbes.
    Les mécanismes qui produisent de la chaleur
    L’un des moyens les plus basiques de produire de la chaleur pour le corps est d’utiliser les nutriments qu’il ingère par voie digestive. Lorsque des protéines, des lipides et des glucides transitent dans l’estomac et les intestins, des réactions métaboliques se produisent. Elles aident à décomposer les molécules pour en retirer les éléments vitaux. Ces réactions libèrent une certaine quantité d’énergie, elle-même convertie en chaleur. Vous le remarquez sans doute lorsque vous mangez beaucoup : votre corps semble gagner quelques degrés de plus.
    Un deuxième mécanisme permet à l’organisme de produire du chaud. Il se produit surtout en cas de température extérieure basse. La thermogénèse musculaire se déclenche alors sous la forme de frissonnements, des contractions rapides des muscles qui génèrent de la chaleur en augmentant le métabolisme. La thermogénèse peut aussi se dérouler sans frissons. Elle ne dépend alors pas de l’activité musculaire, mais de réactions qui ont lieu dans le tissu adipeux. Les graisses dites brunes et beiges sont capables de convertir de l’énergie fournie par les aliments en chaleur. Les tissus bruns, plus particulièrement, contiennent des protéines nommées thermogénines. Elles incitent les cellules à produire de la chaleur au lieu de la stocker sous forme énergétique. Les nourrissons ont une proportion importante de graisse brune, qui les aide à maintenir une température corporelle suffisante.
    Un troisième mécanisme, la fièvre, induit la production de chaleur massive. C’est une réaction immunitaire face à une infection ou une maladie. Le corps libère alors des substances pyrogènes, lesquelles agissent sur l’hypothalamus. Ce centre de régulation général module le point de consigne : la température corporelle augmente afin d’aider à la destruction des agents pathogènes.
    Le métabolisme de base et ses variations
    Tout individu dispose de son propre métabolisme de base. Il s’agit d’un nombre en calories qui définit ce dont le corps a besoin, au minimum, pour assurer ses fonctions vitales. Plus ce métabolisme est élevé, plus les cellules brûlent de calories, plus elles génèrent de chaleur. Pour cette raison, les personnes ayant une masse musculaire importante ont tendance à avoir plus facilement chaud que celles qui ont un poids faible. Mais les personnes qui présentent un taux de graisse élevé ne bénéficient pas de cet atout, la graisse consommant moins de calories que les muscles.
    Les hommes sont également avantagés sur cet aspect, avec un métabolisme de base généralement plus élevé. L’avancée en âge peut modifier le métabolisme, notamment à cause de la perte musculaire et de bouleversements hormonaux.
    Le rôle majeur des hormones
    La thermorégulation dépend en grande partie des hormones libérées dans l’organisme. La thyroxine, par exemple, est produite par la glande thyroïde. Aussi appelée T4, elle accroit le métabolisme et améliore la production de chaleur en influençant la vitesse d’utilisation de l’énergie par les cellules.
    L’adrénaline, produite dans les glandes surrénales, stimule quant à elle la thermogénèse en permettant la dégradation plus importante du tissu graisseux. Elle peut également provoquer des frissonnements en réaction au stress ou au froid.
    En cas de perturbation hormonale, la qualité de la thermorégulation est affectée. C’est ce qui se produit lors d’une hypothyroïdie ou d’une hyperthyroïdie.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Le squelette d’un adulte comporte en moyenne 206 os. Or, les bébés en ont environ 270 à la naissance. Cette surprenante différence s’explique par l’immaturité du développement osseux. Certains os, séparés par des cartilages ou des tissus durant l’enfance, vont se souder et fusionner avant l’âge adulte.
    Le développement des os chez les bébés
    Même si la formation des os débute dès la 10ème semaine de grossesse chez le fœtus, le squelette d’un bébé qui nait est loin d’être entièrement développé. La plupart des os du nourrisson sont constitués de cartilage souple, un tissu particulièrement malléable et plus flexible que les os d’adulte. Cette caractéristique permet au bébé de supporter la pression exercée sur lui lors de l’accouchement. Elle lui sert également à éviter de se blesser lorsqu’il développe sa motricité.
    Au bout des os les plus longs de l’enfant se trouvent des cartilages de croissance, les plaques épiphysaires. Elles vont permettre à certains os de s’étendre durant la petite enfance puis l’adolescence. Les cartilages de croissance séparent le corps de l’os de ses extrémités, ce qui produit un os en trois parties au lieu d’un os unique. D’autres os ne sont pas soudés chez le bébé : ils fusionnent plus tard dans la vie afin de créer des structures uniques chez l’adulte.
    La fusion osseuse
    Le cas le plus marquant est sans doute celui du crâne. Chez le nourrisson, cet os est constitué de plusieurs plaques qui peuvent légèrement se déplacer. Elles sont reliées entre elles par du tissu que l’on nomme « sutures ». L’absence de fusion entre les différents os crâniens présente un intérêt double. D’abord, la tête du bébé peut se déformer pour mieux s’engager dans le bassin de la mère avant l’accouchement. D’autre part, cette flexibilité favorise le développement du cerveau, très rapide au cours des premiers mois de vie. Le crâne du nourrisson devient généralement une entité complète avant les deux ans de l’enfant.
    En ce qui concerne les os longs, la fusion peut être beaucoup plus lente. Durant l’adolescence, les cartilages de croissance qui séparent les épiphyses, extrémités de l’os, des diaphyses, parties centrales des os, se solidifient. L’on parle alors d’ossification. Le jeune adulte, lorsqu’il a fini de grandir, présente des os longs complets dans les membres. Le fémur ou le tibia, par exemple, deviennent des os uniques, ce qui explique le nombre réduit d’os après la période de croissance.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Il est admis que nous possédons deux grands types de mémoire. La mémoire de travail est celle qui nous permet de retenir des informations pendant quelques secondes, un code par exemple. La mémoire à long terme est quant à elle remarquable. Elle stocke des souvenirs complexes sur des durées qui peuvent atteindre des dizaines d’années.
    La formation des souvenirs
    Pour être retenus dans la mémoire à long terme, les évènements, odeurs ou sons doivent d’abord être encodés. Cela signifie que le cerveau va se représenter l’information sous une forme qu’il peut retenir. Par exemple, si vous réussissez votre permis de conduire, le cerveau va s’attacher à repérer les éléments qu’il peut stocker facilement en rapport avec cet évènement. Selon les personnes, ces données seront davantage orientées sur le visuel, sur le toucher, sur les mots ou sur l’olfactif. L’encodage va aussi favoriser la récupération rapide du souvenir lorsque c’est nécessaire.
    Les zones du cerveau concernées
    Les lobes temporaux, situés de part et d’autre du crâne, sont impliqués dans le traitement de toutes les informations sensorielles. Ils récupèrent les données fournies par les yeux, les oreilles ou la peau et les transforment en signaux capables d’être encodés.
    L’hippocampe, petite structure cérébrale dont la forme ressemble à celle de l’animal, est quant à lui indispensable pour encoder dans la mémoire à long terme. Il rassemble les différents aspects d’une expérience pour en créer un souvenir épisodique, qui présente une certaine cohérence.
    Amas de différents noyaux en forme d’amandes, l’amygdale se concentre sur les émotions. Elle va renforcer l’encodage d’évènements qui ont été accompagnés d’émotions fortes comme la peur, la colère ou la joie.
    Toutes ces structures agissent en synergie. C’est-à-dire que si l’une d’elles présente des défaillances, la mémoire au long terme en sera compromise, comme c’est le cas pour certaines maladies dégénératives ou affections neurologiques.
    La consolidation et le renforcement des souvenirs
    Ce n’est qu’avec la consolidation que les souvenirs sont renforcés et stabilisés dans le cortex cérébral, familièrement appelé « la matière grise ». Le sommeil participe significativement à cette étape. Durant les phases de sommeil profond, qui occasionnent des mouvements oculaires rapides, le cerveau réorganise les souvenirs. Il renforce et intègre ceux qui ont généré le plus d’intérêt et d’émotions.
    La répétition œuvre aussi en faveur du renforcement des souvenirs sur le long terme. Réviser certaines notions ou pratiquer de façon répétée certains mouvements facilite l’accès ultérieur aux souvenirs. C’est d’ailleurs de cette manière que l’on peut refaire du vélo des années après avoir arrêté sans difficulté.
    Parmi les autres éléments qui aident les souvenirs à rester encodés longtemps, il faut mentionner :
    le degré d’attention, 
    l’absence d’interférences sous forme de nouvelles informations qui surpassent les souvenirs,
    l’utilisation des techniques de mémorisation comme les acronymes ou les rimes.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Pour écouter ce podcast via:

    Apple Podcasts:
    https://itunes.apple.com/fr/podcast/choses-a-savoir-sante/id1062748833?mt=2

    Spotify:
    https://open.spotify.com/show/726fvUQjirlVlD1AhOxetd

    Deezer:
    https://www.deezer.com/fr/show/51304

    ---------------------

    Alors que le tabac constitue le tout premier facteur de risque évitable de développer un cancer, presque un tiers des Français majeurs continue à fumer. Si la nicotine entraine une dépendance physique qu’il faut contrer lors du sevrage, ce n’est pas l’unique raison. D’autres facteurs contribuent à rendre l’arrêt de la cigarette très difficile.
    Une composition chimique étudiée pour le plaisir
    Pourquoi autant de personnes fument-elles régulièrement alors que les premières cigarettes sont souvent perçues comme désagréables ? Au-delà de toutes les substances chimiques intégrées dans ces produits, la présence de nicotine est la principale responsable du plaisir ressenti à fumer. Dans le cerveau, la nicotine se lie à des récepteurs présents sur un neurotransmetteur, l’acétylcholine. Elle agit alors sur la libération de différentes substances dont la dopamine, bien connue sous le nom d’hormone du plaisir. Concrètement, à chaque fois que l’individu fume, il active le circuit de la récompense et obtient une sensation agréable de détente et de bien-être.
    Sur le long terme, la nicotine induit des changements physiologiques au niveau du cerveau. La dépendance physique s’installe et aggrave la difficulté à arrêter la cigarette. L’organisme s’habitue en effet aux niveaux élevés de dopamine : leur baisse entraine des symptômes de sevrage tels que de l’anxiété, de l’irritabilité, des troubles du sommeil et de la concentration. Les fumeurs dépendants ressentent aussi une forte envie de consommer de la nicotine.
    Des facteurs psychologiques importants
    Souvent, l’acte de fumer est intégré dans une routine. Il peut être associé à des moments de détente, par exemple pendant une pause au travail, ou à des activités plaisantes, telles qu’un apéritif entre amis. L’association psychologique entre la cigarette et les routines est forte. Elle déclenche l’envie de fumer à certains moments, même après avoir surmonté le sevrage physique.
    D’autre part, le tabagisme est souvent utilisé comme palliatif contre le stress, l’anxiété ou d’autres émotions fortes. Le fumeur ne se trouve en capacité d’arrêter la cigarette que s’il parvient à développer des stratégies pour faire face à tous ces ressentis sans tabac.
    D’autres éléments perturbent l’arrêt de la cigarette
    Au sein des cercles sociaux, fumer s’apparente parfois à une activité collective qui colporte avec elle des images de détente, de sophistication ou d’attitude rebelle. Cesser la cigarette est alors d’autant plus difficile que l’entourage n’y aide pas, ou s’y oppose carrément.
    Parmi les défis à relever, le fumeur qui souhaite se sevrer doit aussi faire face à la peur de grossir. Il est donc crucial, pour réussir à arrêter de fumer, d’opter pour une prise en charge très globale qui prend tous ces éléments en considération.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Le stress nous pousse parfois à manger en excès ou, au contraire, il nous coupe complètement l’appétit. Il s’agit d’une réponse naturelle de l’organisme face à une menace perçue : le corps se prépare à lutter ou à fuir. Cette réaction n’est pas sans conséquence au niveau biologique. Elle influence notamment le déroulement de la digestion.
    Les effets du stress sur le système digestif
    En prévision d’un éventuel combat, l’organisme soumis au stress met en place différentes stratégies. Il active le système nerveux sympathique, responsable de la réponse de fuite ou de lutte lorsqu’une situation inquiétante est perçue. La priorité du corps est alors de répondre à la menace efficacement. Pour se faire, les ressources sont principalement attribuées aux fonctions musculaires, cérébrales et cardiaques. La digestion, non essentielle sur l’instant, est limitée. La production de salive et d’enzymes digestives baisse considérablement, ce qui affecte la possibilité de dégradation des nutriments. Le bol alimentaire est mal décomposé, occasionnant des lourdeurs ou des symptômes d’indigestion.
    D’autre part, le stress affecte aussi la motilité gastro-intestinale, c’est-à-dire les mouvements des muscles digestifs pour propulser la nourriture à travers l’estomac et les intestins. Ralentis ou irréguliers à cause du stress, ces mouvements gênent le déroulement d’une bonne digestion. Ils peuvent provoquer diarrhée, constipation et sensation de pesanteur dans l’abdomen.
    L’axe cerveau-intestin et son importance dans la gestion du stress
    Le cerveau et l’intestin sont connectés de différentes façons, profondes et bidirectionnelles. Tout stress psychologique affecte potentiellement la fonction intestinale, et tout désordre digestif se répercute sur la qualité du fonctionnement psychique et cognitif.
    Par exemple, un stress chronique est susceptible de perturber l’équilibre de la flore digestive, aggravant les troubles tels que le syndrome de l’intestin irritable. Les hormones libérées en réaction au stress dont le cortisol altèrent quant à elles les bactéries logées dans l’intestin. L’absorption des nutriments devient moins efficace.
    Conséquences du stress sur les comportements alimentaires
    Pour s’apaiser, une personne stressée aura tendance à se tourner vers des aliments réconfortants, mais très riches en graisses et en sucres rapides. Consommés en excès, ces derniers rendent la digestion encore plus difficile, avec des ballonnements, des crampes ou des remontées acides. Les personnes qui souffrent d’ulcères ou de reflux sont particulièrement affectées par les situations stressantes. L’inconfort qu’elles ressentent à la digestion peut même les mener à consommer encore plus d’aliments, entretenant le cercle vicieux.
    D’autres troubles peuvent aussi apparaitre à cause du stress tels que l’anorexie, qui aggrave à son tour les symptômes digestifs en créant des carences et une lenteur du transit. En cas de maladie du système digestif, il est très important d’apprendre à gérer le stress par des techniques spécifiques pour éviter qu’il n’aggrave la situation.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Indépendantes de notre conscience, les réactions réflexes nous protègent des dangers immédiats. Que l’on touche une surface brûlante ou que l’on marche sur une épine, notre corps réagit immédiatement en essayant de nous éloigner du risque. Quels mécanismes se mettent en place lors d’une telle réaction ?
    Les réflexes, des réponses motrices involontaires
    Un réflexe consiste en une réaction automatique faisant suite à un stimulus spécifique. Il faut distinguer les réflexes innés, transmis par l’évolution, des réflexes acquis. Cruciaux pour la survie, constants chez tous les représentants de l’espèce humaine, les réflexes innés se manifestent dès la naissance. Ils sont mis en place par un arc réflexe, qui constitue le chemin pris par l’impulsion nerveuse dès la réception du stimulus.
    Lors d’une brûlure, les récepteurs thermiques de la peau détectent la température trop élevée et envoient une information sensorielle au centre d’intégration. Ce sont les neurones sensoriels qui se chargent de transmettre ces données. Lorsque les informations sensorielles nécessitent un traitement, pour reconnaitre une odeur par exemple, elles sont envoyées au cerveau. 
    Mais, dans le cas de l’arc réflexe, une réponse rapide est requise. C’est alors la moelle épinière qui fait office de centre d’intégration. Elle charge le neurone moteur d’activer les muscles ou les glandes concernées. Pour le réflexe de retrait, ce sont les muscles du bras et de la main qui se contractent afin d’éloigner le membre du danger. Tout ce cheminement ne prend qu’une fraction de seconde et permet de protéger l’intégrité du corps de la brûlure ou d’un autre risque.
    Le rôle du système nerveux central
    Souvent, lors d’une réaction réflexe, la douleur n’apparait qu’après l’action des muscles pour se retirer. Cela illustre bien le temps nécessaire à l’information pour parvenir au cerveau, qui pourrait entrainer des dommages irréversibles si la moelle épinière ne pouvait pas prendre de décision immédiate.
    Le système nerveux central, abrité dans la moelle épinière, est capable de filtrer toutes les informations qu’il reçoit. Il décide alors soit d’ignorer le stimulus s’il semble insignifiant, soit de réagir, soit d’orienter les données vers le cerveau pour un traitement supplémentaire.
    Il est intéressant de constater que le temps d’un réflexe est légèrement influencé par la distance qui sépare le lieu stimulé de la moelle épinière. Ainsi, une brûlure sur le pied sera traitée sensiblement moins vite qu’une brûlure à la poitrine. En pratique, toutefois, la différence est très faiblement perceptible. Les voies dédiées aux réactions réflexes sont préétablies, et optimisées pour que l’information circule le plus rapidement possible.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Si l’on ne compte plus les ressemblances entre deux vrais jumeaux, il existe pourtant des points précis sur lesquels ils diffèrent. Ces éléments dépendent soit de facteurs environnementaux, soit d’une expression variable des mêmes gênes, soit d’évènements qui contribuent à modifier l’apparence physique.
    Les conséquences de l’environnement sur les jumeaux
    Des vrais jumeaux proviennent de la même cellule originelle qui s’est scindée en deux. Ils disposent donc du même patrimoine génétique. Cependant, l’environnement peut altérer l’expression de l’ADN et engendrer des différences perceptibles entre les deux individus. L’alimentation, d’abord, constitue un facteur prépondérant dans le poids de la personne. Elle peut même favoriser la survenue de certaines maladies ou, au contraire, œuvrer en faveur de la santé générale.
    Le stress est également connu pour engendrer des conséquences néfastes au niveau des cellules. Il peut stimuler ou freiner l’expression de certains gènes, produisant des différences de développement entre les deux êtres humains.
    L’environnement façonne les jumeaux de façon distincte dès leur croissance in utero. Ainsi, les empreintes digitales, parfaitement uniques, se différencient chez l’un et l’autre des bébés avant même la naissance avec des traits similaires mais non identiques.
    En fonction du mode de vie adopté, l’ADN peut se trouver modifié dans sa structure même, ce qui produit des variabilités physiques entre les deux jumeaux. Même sans contrainte extérieure particulière, le code génétique de chaque individu est soumis à des mutations, ce qui explique qu’environ 15% des vrais jumeaux n’ont pas strictement le même ADN.
    L’état de santé peut varier considérablement entre deux jumeaux
    Résultant de tous les facteurs cités précédemment, en plus des habitudes de sommeil, d’activité physique et d’exposition aux toxines, les deux jumeaux disposent d’une santé qui n’est pas toujours la même. Celle-ci peut se répercuter de façon intrinsèque, par exemple avec une fragilité cardiaque, une moindre capacité pulmonaire ou une plus grande résistance aux infections. Elle se répercute aussi d’un point de vue extérieur. 
    Une affection dermatologique laissera des traces physiques sur la peau d’un des jumeaux très exposé au stress, tandis que l’autre s’en sortira sans aucune séquelle grâce à un système immunitaire plus performant. Une exposition marquée aux écrans pourra engendrer une myopie sévère chez l’un des enfants, tandis que l’autre, plus attiré par l’extérieur, n’aura pas besoin de porter de lunettes.
    D’autres éléments propres à chaque individu
    De façon plus précise, il existe des parties du corps humain qui se développent de façon distincte pour chaque personne, même pour les vrais jumeaux. Outre les empreintes digitales, l’on peut aussi citer l’iris de l’œil, parfaitement unique dans ses dessins complexes, ou les motifs présents sur la langue qui diffèrent pour chaque individu.
    Le microbiome, fortement influencé par l’environnement et le mode de vie, s’avère aussi propre à la personne qui l’abrite. Enfin, les détails de la dentition et la forme exacte du nez ou des oreilles sont sensiblement différentes, bien que semblables en apparence, entre deux jumeaux.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • La caféine est une substance dite psychotrope. Cela signifie qu’elle modifie le déroulement de certains processus qui se déroulent dans le cerveau. Qu’on l’apprécie ou que l’on s’en méfie, il est intéressant de mieux comprendre comment la caféine agit sur notre façon de nous comporter et de réfléchir.
    La composition chimique de la caféine
    La molécule de caféine comporte 8 atomes de carbone, 10 atomes d’hydrogène, 4 atomes d’azote et 2 atomes d’oxygène. Elle est parfois appelée « théine » ou « guaranine » en fonction de sa provenance, mais elle conserve les mêmes effets sur l’organisme humain. La caféine est issue des plantes : elle fait partie des alcaloïdes, des composés souvent végétaux et toxiques à haute dose. Ces derniers sont utilisés par la plante pour se protéger des insectes. Consommée à des doses raisonnables, la caféine reste une substance reconnue sans danger par les organismes de protection alimentaire.
    Les propriétés excitantes de la caféine tiennent à sa structure. Elle comporte des noyaux de xanthine, un pigment jaune qui confère sa couleur à l’urine et est également stimulante pour le système nerveux.
    Les mécanismes d’action de la caféine sur le cerveau
    Le cerveau humain est protégé par une barrière hémato-encéphalique, qui évite l’intrusion d’hormones, de toxines ou d‘agents pathogènes. La caféine est capable de traverser cette barrière pour atteindre le réseau neuronal. Elle bloque alors les récepteurs d’adénosine. L’adénosine est un neurotransmetteur, c’est-à-dire un messager chimique qui, lorsqu’il atteint ses récepteurs, favorise l’émergence de la fatigue. Il enjoint également le cerveau à limiter son activité neuronale. En bloquant les récepteurs, la caféine empêche le message de parvenir à destination. L’activité neuronale augmente au lieu d’être régulée par l’adénosine inhibitrice.
    Plus l’activité des neurones est intense, plus le cerveau libère de dopamine, de glutamate et de noradrénaline. Or, ces neurotransmetteurs interviennent quant à eux dans la gestion de l’éveil, de la concentration et de la réactivité. Une personne qui consomme de la caféine est soumise à des pics de glutamate et de noradrénaline : elle se sent plus énergique et plus vigilante. La dopamine lui procure en outre une sensation de bien-être qui peut l’inciter à consommer plus régulièrement de la caféine.
    Des conséquences sur les courts et longs termes
    Sur le coup, la caféine améliore certaines formes de performance cognitive et limite le ressenti de la fatigue. Elle donne un coup de boost à la concentration, ce qui en fait la partenaire idéale pour les trajets en voiture ou les activités exigeant une attention permanente.
    Sur le plus long terme, cependant, l’organisme développe une certaine tolérance qui implique la hausse des doses de caféine pour obtenir les mêmes effets. L’arrêt de la caféine après une consommation élevée peut aussi induire des symptômes de sevrage désagréables comme des maux de tête, de la fatigue et des troubles de l’humeur.
    Enfin, la caféine affecte partiellement le sommeil si elle est consommée en fin de journée, en maintenant les neurones en éveil. Elle peut contribuer à exacerber l’anxiété et d’autres symptômes liés au stress qui empirent avec le manque de sommeil.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Avez-vous déjà vu un bébé se contorsionner dans tous les sens, mettre son pied derrière sa tête ou pratiquer le grand écart sans effort ? La souplesse des jeunes enfants est surprenante, mais pas inutile. Elle leur permet notamment de naitre et de grandir en toute sécurité.
    Le développement physiologique du nourrisson
    Chez les bébés, le développement des muscles et des osseux se produit très rapidement. Relativement faibles à la naissance, les muscles gagnent en force et en coordination pendant les premiers mois de vie, afin de favoriser des compétences motrices comme la tenue en position assise ou la marche. Plus un muscle se développe, moins il tend à être souple car il gagne en rigidité.
    Les os des bébés, quant à eux, ne sont pas tout à fait similaires à ceux des adultes. Ils contiennent du cartilage de croissance, une substance souple et élastique. Celle-ci contribue à réduire les risques de fracture en conservant une certaine flexibilité de l’os. Lors de l’accouchement, la malléabilité du crâne de bébé est essentielle pour qu’il puisse légèrement se déformer lors du passage entre les os du bassin de la mère. Il va ensuite se souder progressivement dans les mois suivant la naissance.
    Au fur et à mesure que l’enfant grandit, le cartilage présent dans les os se transforme et durcit, par un processus appelé ossification. Après la puberté, l’adolescent dispose d’os complets et robustes, qui ne peuvent plus du tout se plier.
    L’importance de deux protéines pour la souplesse de bébé
    Présent dans le tissu conjonctif, qui soutient les autres tissus de l’organisme, le collagène s’avère abondant chez le bébé. Il assure une plus grande flexibilité des tissus qui peuvent s’étirer ou se contracter aisément par rapport à ceux d’un adulte.
    L’élastine, une autre protéine constitutive des tissus, dispose d’un ratio élevé dans les muscles et ligaments des nourrissons. Elle permet aux tissus de reprendre leur forme après l’étirement. Elle favorise donc la souplesse du corps et la capacité de l’enfant à se mouvoir sans contrainte. La flexibilité articulaire est également importante lors de l’accouchement, pour que le nourrisson puisse s’extraire du corps maternel en étirant ses propres membres.
    La présence de ces deux protéines œuvre en faveur de l’exploration motrice du bébé, indispensable à son autonomie future et à sa survie. Avec le temps, la composition des tissus se modifie, amenant une perte de souplesse de façon naturelle chez l’adulte.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Il suffit de s’attarder sur le visage de quelques inconnus pour remarquer à quel point les nez peuvent être différents les uns des autres. Leur taille, en particulier, varie considérablement au sein d’une même population. Cette caractéristique dépend principalement de disparités génétiques.
    Le rôle des gènes dans la formation du nez
    Lorsque l’on compare le nez de deux personnes, l’on peut émettre des considérations sur leur largeur, leur longueur, mais aussi leur proéminence au niveau du pont nasal et leur forme de narine. Toutes ces informations qui rendent un nez unique découlent en partie du matériel génétique de l’individu. Plus précisément, elles sont liées à la façon dont l’ADN code le développement du cartilage du nez, qui lui confère sa taille.
    Une étude de 2016 a mis en évidence quatre gènes particulièrement impliqués dans la formation du nez des populations d’Europe. La largeur des ailes du nez serait donc déterminée par les gènes GLI3 et PAX1. Le gène DCHS2, lui, concerne la présence d’une extrémité plus ou moins pointue. La largeur du nez tiendrait davantage à l’expression du gène RUNX2. Ces découvertes expliquent pourquoi il est courant de retrouver la même taille et forme de nez au sein d’une même famille, et ce sur plusieurs générations d’affilée.
    Au sein de l’héritage génétique figurent aussi des particularités liées aux groupes ethniques de nos ancêtres. Par exemple, l’évolution a favorisé la présence de nez plus larges et plus plats en Afrique ou en Asie de l’Est. Les peuplades du Moyen-Orient et d’Europe ont plus souvent des nez longs et étroits. Bien sûr, la génétique ne fait pas tout : la taille du nez résulte d’une interaction complexe entre l’expression de l’ADN et des facteurs environnementaux variés.
    Le poids de l’environnement sur la taille du nez
    Il a fallu des dizaines de milliers d’années d’évolution pour parvenir au nez qu’arborent les individus du 21ème siècle. L’environnement a pesé dans la sélection naturelle, en privilégiant par exemple les nez longs et étroits dans les zones au climat sec et froid. En effet, l’air passant dans un nez allongé a davantage le temps de se réchauffer et de se charger en humidité avant d’atteindre les poumons. Inversement, les momies égyptiennes témoignent que les nez larges étaient plus répandus et mieux adaptés sous le climat nord-africain.
    Les Tibétains, quant à eux, présentent une forme de nez avec des ailes bien détachées qui pourrait favoriser l’oxygénation dans un environnement où l’air est moins dense. Au-delà de ces particularités, il ne faut pas oublier que les préférences esthétiques ont également influencé les rapports sexuels entre humains, et favorisé l’émergence de tel ou tel nez en fonction des époques.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Atteint pendant 68 ans de hoquet chronique, Charles Osborne est le détenteur du record mondial de la plus longue crise de hoquet répertoriée, ce qui ne l’a pas empêché de vivre jusqu’à ses 96 ans et d’avoir 8 enfants. Le pape Pie XII, lui aussi, a connu des épisodes de hoquet chronique, qui lui ont en revanche valu de frôler plusieurs fois la mort. Comment expliquer qu’un phénomène aussi banal que le hoquet puisse inquiéter ainsi ceux qui ne parviennent pas à s’en débarrasser ?
    La différence entre le hoquet classique et le hoquet chronique
    Le hoquet est un réflexe involontaire sur lequel nous n’avons pas de prise. Il s’agit en fait d’une contraction du diaphragme et des muscles situés entre les côtes, des suites de l’irritation du nerf phrénique, qui traverse le thorax de façon verticale. Sous le coup de cette contraction musculaire, la glotte présente à l’entrée de la gorge se referme et empêche la majorité de l’air de passer, produisant le son particulier que nous connaissons bien.
    L’utilité réelle du hoquet n’est pas établie. Ce réflexe pourrait servir à évacuer de l’air résiduel dans l’estomac. Il semble favorisé par l’ingestion rapide de nourriture, la prise de boissons gazeuses, le stress ou des conditions médicales spécifiques.
    La différence entre le hoquet normal et le hoquet pathologique réside surtout dans la fréquence de ces derniers. Alors qu’un hoquet classique se produit environ une dizaine de fois par minutes et disparait rapidement, un hoquet chronique peut se répéter plus de 50 fois par minute, et sa durée est supérieure à 48 heures. Le hoquet est dit réfractaire lorsqu’il se maintient pendant plus d’un mois.
    Les causes possibles du hoquet chronique
    Chez les nourrissons et les jeunes enfants, la présence d’un hoquet régulier n’est pas inquiétante. L’immaturité du système digestif et la petite taille de l’estomac peuvent stimuler le nerf phrénique tous les jours, sans que cela ne représente une source d’inquiétude si le hoquet ne perturbe pas les activités quotidiennes.
    En revanche, le hoquet chronique qui se manifeste la plupart du temps chez les personnes de plus de 50 ans résulte d’une cause pathologique, essentiellement digestive. Il s’agit d’un symptôme à considérer avec attention si les crises s’avèrent douloureuses ou qu’elles durent plusieurs jours. Le hoquet persistant peut être le signe d’un trouble gastro-intestinal, d’une irritation du nerf phrénique, mais aussi d’un trouble métabolique, d’une tumeur ou d’un trouble psychologique.
    Certaines infections comme la pneumonie ou la laryngite peuvent aussi affecter les nerfs du thorax et provoquer des hoquets inhabituels. Ils disparaissent dans ce cas spontanément à la guérison.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Si l’arrêt de la cigarette est reconnu comme l’une des mesures de santé les plus efficaces pour les fumeurs, le sevrage reste une période délicate. Or, il est important de connaitre les possibles symptômes négatifs lors de l’arrêt de la cigarette pour ne pas se décourager et persévérer dans l’effort. La plupart de ces symptômes peuvent en effet être soulagés ou atténués avec les mesures adaptées.
    Les symptômes physiques lors du sevrage de la nicotine
    La dépendance physique à la nicotine est réelle, et se traduit, lors du sevrage, par des symptômes de manque physique. Ces derniers incluent des tremblements, des maux de tête, de la fatigue, de la nervosité générale avec une difficulté à rester calme et assis ou à se concentrer sur des tâches complexes.
    Souvent, l’arrêt de la cigarette induit une augmentation d’appétit et une légère prise de poids. Celle-ci est due à trois raisons. D’abord, le plaisir de manger est décuplé car les papilles abimées par le fait de fumer se renouvellent. Ensuite, la baisse de la dépense calorique journalière induit la prise de masse. En effet, la nicotine induit une réaction chimique corporelle qui brûle des calories, environ 10 kcal par cigarette fumée. Enfin, la nicotine est réputée pour son action coupe-faim, car elle fait augmenter la glycémie et avec elle la sensation de satiété. Sans nicotine, l’appétit redevient intact, occasionnant des prises alimentaires plus conséquentes. Le grignotage peut aussi remplacer l’acte de fumer, et induire une prise de poids plus importante.
    Pour éviter que les symptômes physiques ne soient trop présents, les gros consommateurs de nicotine peuvent choisir un sevrage soutenu par des substituts qui permettent de baisser progressivement la dose de nicotine consommée.
    Les symptômes psychologiques ou émotionnels
    L’acte de fumer résulte parfois d’une fuite par suite d’un inconfort émotionnel, lequel va ressurgir lors du sevrage. Si les émotions ressenties sont trop fortes, ou que la personne ressent de l’anxiété et des troubles dépressifs, l’accompagnement d’un professionnel est fortement conseillé.
    Le sevrage amplifie le stress vécu par le corps et par le mental, et le cerveau doit réapprendre à fonctionner normalement. En tant que substance psychoactive, la nicotine modifie les réactions neuronales. La personne qui tente d’arrêter la cigarette doit donc réapprivoiser ses capacités de concentration, d’attention et de mémorisation tout en gérant son stress. La méditation, l’hypnose ou l’activité sportive sont autant de pistes pour y parvenir.
    Combien de temps durent les symptômes négatifs ?
    Bien qu’ils soient parfois très difficiles à supporter, les symptômes négatifs s’atténuent rapidement, et disparaissent au bout de deux ou trois mois de sevrage de la cigarette. Le soutien d’un tiers ou d’un professionnel reste très utile pour maintenir le cap durant les premières semaines.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices